WORKING DRAFT authorea.com/80699
Main Data History
Export
Show Index Toggle 3 comments

Corrélation entre l’altitude et les cas de malaria en Colombie

Introduction

En Amérique latine, la malaria est un problème majeur de santé publique. Dans la dernière décennie, beaucoup d'efforts ont été entrepris pour tenter d'atteindre pour l'année 2015, une réduction de 75% de la morbidité des cas de malaria relativement à l'année 2000. Cet objectif fait partie des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). En 2011, 12 des 21 régions caractérisées par une malaria endémique avaient déjà atteint cet objectif. Six étaient en phase de pré-élimination et le reste, dont la Colombie fait partie, est en phase de contrôle (PAHO 2011).
La Colombie est un pays dont les altitudes varient entre 0 et environ 6000 mètres et dont la majorité de la population vit au-dessus de 1500 mètres. Ces régions élevées sont préservées des risques d'infections de malaria, mais 70% du territoire reste soumis à un risque élevé de transmission de la maladie. En 2013, 15% des municipalités présentaient un taux élevé de transmission, 8% d'entre elles avaient un taux bas de transmission et les 77% restant ne répertoriaient aucun cas de malaria (WHO 2003). Le lien entre l'altitude et les cas de malaria a depuis longtemps été aperçu. En 1948 J. Schwetz décrivait l'absence de cas de malaria chez les autochtones de l'ancien Congo Belge pour des altitudes de plus de 1800 mètres, expliquant qu'au-dessus de 1800 mètres, les anophèles transmetteurs de paludisme sont remplacés par d'autres espèces non porteuses de paludisme (Schwetz 1948). En Inde également, dans une étude factuelle sur les vecteurs de malaria des districts de Nainital et Udham Singh Nagar dans l'état de l'Uttarakhand, Dhiman et al. ont montré, à partir de donnée de température et d'humidité relative, que la fenêtre temporelle de transmission de la malaria était inversement proportionnelle à l'altitude (Dhiman 2013). Les changements climatiques affectent aussi la répartition des cas de malaria dans les régions endémiques, car une élévation de la température dans les zones d'altitudes provoque une élévation en altitude des cas de malaria (Siraj 2014)
Dans cet article, afin de vérifier la possible corrélation entre l'altitude et les cas de malaria en Colombie, nous avons entrepris de comparer les cartes d'altitudes et de taux de malaria ainsi que la représentation et le calcul de la corrélation entre ces deux variables.