ROUGH DRAFT authorea.com/97448
Main Data History
Export
Show Index Toggle 0 comments
  •  Quick Edit
  • Interview de Jean-Baptiste Carré

    Pouvez-vous vous présenter ?

    Je m’appelle Jean-Baptiste Carré. Je suis français. Je suis diplômé de l’école d’ingénieurs française Arts et Métiers ParisTech où j’ai suivi un cursus d’ingénieur mécanicien en cohabilitation avec Centrale Paris. Ma spécialité la conception de nouveaux produits. Je suis venu à l’EPFL pour développer des produits dans le secteur de l’énergie car c’est le domaine qui m’intéresse et vers lequels j’ai orienté tous mes stages et projets depuis mon entrée en école d’ingénieurs. Dans les projets que j’ai pu faire au cours de mon cursus, j’ai cherché à développer des produits nouveaux dans le but de transformer ou de stocker l’énergie de manière plus efficace. Ici, à l’EPFL, j’avais l’opportunité de faire une thèse de doctorat qui me permettait de développer la future génération de systèmes de chauffage pour nos maisons, ce qui constitue un joli défi technique et scientifique apportant une solution pratique et concrète aux questions énergétiques actuelles.

    Quel était votre sujet de thèse à l’EPFL ?

    Il existe différents moyens de chauffer efficacement nos maisons. Parmi des systèmes avancés, tels que les piles à combustibles ou les moteurs à cogénération, on trouve les pompes à chaleur domestiques, qui sont des machines conçues pour transférer de l’énergie chaleur depuis un milieu froid, l’environnement, vers un milieu chaud, nos habitations. Les pompes à chaleur sont identifiées comme une technologie clé pour répondre aux défis énergétiques et environnementaux qui se dessinent devant nous. Depuis les années 2000, un nouveau coeur pour ces machines est développé au Laboratoire d’Energétique Industrielle de l’EPFL. Ce coeur est un compresseur de vapeur d’un genre nouveau pour ce type d’applications. Il constitue une innovation de rupture et ouvre la voie à des machines plus efficaces, plus silencieuses, plus compactes et légères, plus respectueuses de l’environnement et éventuellement, plus fiables et durables. Ma thèse de doctorat avait pour objectif d’intégrer ce nouveau cœur dans des machines existantes ou pré-industrialisables en résolvant les difficultés techniques rencontrées par l’application d’une démarche scientifique. L’application immédiate de la thèse est l’arrivée sur le marché de produits meilleurs que ceux qui se font aujourd’hui, à horizon cinq/dix ans. Cette thèse de doctorat a été réalisée en collaboration avec l’industrie suisse mais aussi européenne. Les produits développés dans la thèse ont été repris par l’industrie où ils poursuivent leur chemin vers des produits industriels, fabriqués en grandes quantités, et que nous retrouverons prochainement dans nos maisons.