OGM: de l'étiquetage à la cruelle inconséquence

Texte publié dans Le Devoir, le samedi 30 avril 2016.

Pour plusieurs, le "droit de savoir ce que l'on mange" impliquerait l’étiquetage obligatoire des produits alimentaires issus du génie génétique, communément appelés OGM (organismes génétiquement modifiés). La promotion de l’étiquetage est aussi une occasion d'attirer l'attention sur leurs effets allégués sur la santé et l’environnement. Or, l’approche des groupes anti-OGM diverge radicalement de l'ensemble des connaissances scientifiques du domaine et est la source de graves conséquences sociales et écologiques.